AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « La Mélancolie est le bohneur d'être triste. » [P.V Lolita]

Aller en bas 
AuteurMessage
Dolce P. Dino
    ││Petit nouveau││

││Petit nouveau││
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 13/05/2010

More about me
|| Age, ville, métier ::
|| Les craintes du moment ::
|| Url de la fiche de lien ::

MessageSujet: « La Mélancolie est le bohneur d'être triste. » [P.V Lolita]   Mer 2 Juin - 19:07



Lolita Dov Himmel.
&& Dolce Prisca Dino.

    Dolce n'avait presque aucun rapport avec les autres créatures et esprits de l'île. Principalement parce que beaucoup étaient des gentils elfes, fantômes bienfaiteur ou fées, qui n'avaient comme but que de répandre le bien. Tous les habitants de l'île, bien sûr, n'étaient pas de gentils petits être voulant aider ces gentils petits humains qui venaient gentiment troubler la vie qu'ils menaient depuis plusieurs siècles.
    Pourtant... Ce Lucsa était différent. Certes, il était également un humain. Mais il n'était pas présent en permanence sur l'île, et voyant qu'il avait en permanence un appareil photo sur lui, la démone avait constaté qu'il était photographe. Dolce aimait le manipuler. Aller le voir, lui exposant son charme et sa beauté, le rendre fou d'elle... Tout n'était qu'un jeu pour la jeune femme. Du moins, c'est ce qu'elle s'efforçait de croire. Mais cet humain n'avait pas l'air aussi dupe. D'ordinaire, lorsque Dolce retournait sur Terre quelques jours, et qu'elle s'approchait d'un homme, quelque heures plus tard, il était charmé et tombait dans ses bras. Alors que là... C'était différent. Lucas sentait que quelque chose n'allait pas. Que Dolce était différente elle aussi. Il sentait le danger. Et il se méfiait d'elle. Ce qui n'avait pour effet que de faire enrager la jeune femme.
    Une araignée grimpa sur la jambe de Dolce. Elle releva brutalement la tête. L'insecte était assez poilue, et pas très beau. Ses sourcils se froncèrent. La démone détestait qu'on la dérange lorsque qu'elle réfléchissait. C'était bien pour cela qu'elle venait se réfugier dans la forêt. La forêt était sombre et pas très accueillante, et de surcroît, toutes les créatures, ainsi que les esprits de l'île vivaient ici. Alors rares étaient les fois, où depuis leur arrivée, les humains venaient par ici. Dolce quitta le rocher où elle était confortablement installée. Cette araignée ne lui avait rien fait, mis à part le fait qu'elle était montée sur sa jambe. Mais rien que ce fait mis Dolce dans une colère noire. La haine s'empara d'elle. Quelques secondes après ; l'araignée gisait au sol, sans vie. Dolce détestait les araignée. Quand elle était encore humaine, elle en avait une sainte horreur. Et sa phobie l'avait suivi, même en Enfer. Sa colère se calma peut à peu. Tuer un tel animal détendait Dolce. Oui, cela semblait étrange. Mais elle devait faire ressortir sa haine et sa colère quelque part. Et quand ce n'était pas sur de pauvres humains, c'était sur des araignées. Et pourtant... Ces moments étaient passagers. Si l'on cherchait bien, l'on pouvait voir en a belle italienne une démon perdue, enchainée dans le cercle vicieux qu'était le Mal. Enfin, pour trouver ne serais qu'une onde de gentillesse, de confiance ou de compassion ; il fallait vraiment chercher loin...
    Une branche craqua à nouveau, non loin de Dolce. Tournant la tête, la démone vit une forme féminine non loin d'elle. Quelqu'un l'avait vu tuer ce petit corbeau. La belle italienne voulait tout de même savoir qui étais-ce.

      DOLCE - Qui est là ?



    Dolce fit un pas vers l'inconnue, et vit une jeune jeune fille, qui ne semblait pas vraiment humaine. Du moins, ce n'était qu'une impression. La démone fit un sourire à la jeune personne, tout en se demandant si c'était une de ces humaines venues sur l'île.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lolita Dov Himmel
    modette ♦ l'as de trèfle qui pique ton coeur

avatar

Messages : 567
Date d'inscription : 07/04/2010

More about me
|| Age, ville, métier :: 101 ans, 19-23 d'apparence ; elfe ; folle.
|| Les craintes du moment ::
|| Url de la fiche de lien ::

MessageSujet: Re: « La Mélancolie est le bohneur d'être triste. » [P.V Lolita]   Lun 21 Juin - 15:12

    La vie était tout sauf simple ces derniers temps. Lolita, comme le reste des habitants de l'Île, commençaient à en avoir marre de ces humains. Où qu'ils passent, ils ne faisaient que des bêtises. Ils avaient réussi à se mettre la quasi-totalité du peuple elfique - donc pacifique - à dos. La jeune femme avait rarement vu sa communauté dans un tel état de rage. C'était pourtant compréhensible : depuis leur arrivée, les humains n'avaient pas fait une seule chose de façon correcte.

    Tout d'abord, ils avaient fait construire l'immense bâtiment de ciment. Les matériaux n'étaient pas respectueux de l'environnement.
    Depuis l'arrivée des bateaux, c'était pire. Les humains jetaient leurs déchets n'importe où et piétinaient la nature sans remords.
    Rapidement, fantômes, fées, elfes, démons s'étaient retrouvés alliés dans cette étrange bataille. De temps à autre, un cadavre était retrouvé. Les humains passaient alors un moment à se demander qui était le responsable. Ils ne trouvaient pas ? La raison en était simple : l'assassin n'était pas parmi eux.

    La plupart de ces envahisseurs ne croyaient toujours pas au folklore qui entourait l'île et ses habitants. Pourtant, il était de plus en plus commun de rencontrer une créature magique en compagnie d'un humain. Certains tentaient de se faufiler dans la peau d'un humain afin d'infiltrer les envahisseurs et de comprendre les raisons de leur présence. D'autres s'amusaient comme des petits fous. Les derniers tentaient de se tenir éloignés des humains. C'était, à un degré moindre, le cas de Lolita. Elle n'avait jamais été la plus sociable au sein même de sa communauté. Elle n'allait certainement pas s'ouvrir en deux jours à des inconnus.

    Le soleil brillait fortement sur l'île. Après une longue balade sur la plage, à jouer avec les vagues, le vent et le sable, l'Elfe avait décidé de se diriger vers la forêt. Midi était passé, et les humains allaient sortir de leur carré de ciment, puisqu'ils avaient fini de déjeuner. (Le menu, aussi horrible que cela puisse paraitre, était constitué de viande crue ! Ignobles humains.)
    A petits pas légers, Lolita marchait. Elle parvint rapidement à l'ombre des arbres et commença à s'enfoncer dans la forêt. La lumière du soleil jouait sur sa peau, dessinant au gré des branches sous lesquels elle passait des formes abstraites, monstrueuses et poétiques. Elle évoluait dans la forêt comme un singe de retour dans sa jungle natale. Ses pieds se posaient au sol, puis s'envolaient vers le ciel alors qu'elle se tenait par les mains à une branche feuillue d'un arbre pas loin. Elle cueillit une jolie fleur et la mit dans ses cheveux, non sans avoir auparavant demandé son avis à la plante en question. Un coussin d'air, invisible, formé par sa volonté, se déplaçait sous elle, près à la moindre faute dans son parcours à la rattraper. Parfois cela dit, elle atterrissait dessus en douceur et marchait tranquillement dans les airs.
    Et ainsi, elle marchait dans la forêt, chantonnant des airs de musique humaine. C'était bien la seule chose qu'elle aimait chez eux : leur musique. Avez-vous jamais entendu un elfe jouer de la guitare ? Comparez avec les Doors. Alors ?

    Soudain une voix retentit d'entre les arbres. Enchantée par sa balade, l'elfe avait oublié de faire attention à ce qui l'entourait. Rapidement, elle repéra l'origine de la voix. Elle prit pied à terre avant de s'avancer en direction de la silhouette. Il s'agissait d'une femme aux longs cheveux. Elle ne paraissait pas humaine. Sur ses gardes, elle fixait Lo' avec un regard étrange. Les deux demoiselles se retrouvèrent face à face, et un silence tendu régna pendant quelques instants.
    « B'jour. »
    Lita sourit doucement. Elle esquissa quelques pas supplémentaires, et se retrouva à à peine dix centimètres de la brune qui le faisait face.
    « Lolita. »
    Bien entendu, la question sous entendue par son intonation était claire : et toi, qui es-tu ? A vrai dire, elle était désormais certaine que ce n'était pas une humaine. Et il était rare qu'un habitant de l'île lui soit inconnu. Cette inconnue éveillait sa curiosité d'une manière assez démesurée .

- _ - _ - _ - _ - _ - _ - _ - _ - _ -

    people are strange when you're a stranger; faces look ugly when you're alone; women seem wicked when you're unwanted; streets are uneven when you're down. (the doors) icons (c) GRENADE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
« La Mélancolie est le bohneur d'être triste. » [P.V Lolita]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Burton, Tim] La triste fin du petit Enfant Huitre
» Un jour c'était joli, le lendemain trop triste
» Triste
» Trés belle chanson Triste de toute les langues!!
» Triste sourire (pantoum)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Man's Land :: Dans la forêt... :: La forêt-
Sauter vers: